Le chaudron de Madblue

Carnet de vie

12 janvier 2016

Psycho-WAK

DSC_0180

Aujourd'hui mes agneaux nous allons parler tricot ! Mais d'abord je vous présente mes meilleurs voeux : que vous puissiez atteindre ce que vous attendez et surtout beaucoup de pauses gratifiantes et de passions ! C'est pour ça que je voulais vous parler de tricot d'ailleurs, je suis tombée accro tellement vite que ça m'impressionne. Je voudrais rajouter que ce qui est dit dans la suite de l'article n'engage que moi.

J'avais essayé il y a quelques années, à l'initiative d'une de mes (chères, très chères) cousines, sans grandes conviction. D'ailleurs la petite écharpe que j'étais sencée faire est resté bien quatre ans sur une des étagères de ma bibliothèque. Ce n'est qu'il y a quelques mois, dans le cadre des Fées de Surprise (oui oui je sais faut que je vous en parle, décidément je manque à tous mes devoirs), que Coralie Tambouille (si vous gravitez dans le petit monde du web homemade vous voyez forcément de qui je parle) m'a envoyé de la laine, des aiguilles et toute sa bonne humeur et sa patience pour que je m'y mette. Eh bah croyez le ou non je suis tombée raide dingue de l'ouvrage ! J'ai à mon actif plusieurs snood, écharpes, bonnets et moufles pour bébé bref je ne m'étais encore jamais lancée dans des vêtements et pourtant dieu sait que j'ai envie de refaire toute ma garde-robe en tricot (pareil, il y aura un article dédié à tout ça, mais aujourd'hui on parle d'autre chose).

Mon engouement n'étant pas tombé dans l'oreille d'une sourde, ma Maman m'a offert un kit de tricot à Noël, un kit We Are Knitters (WAK pour les intimes). Un cardigan type aztèque en laine d'alpaga verte toute douce et a priori débutant friendly. Je vous rappelle que (de caractère) je suis très appliquée dans tout ce que je fais et qu'il n'existe pour moi que la Règle et l'Ordre (oui oui un peu nazie sur les bord, surtout ne grammaire)... alors qu'elle ne fut pas ma déception IMMENSE de constater que ce que j'avais tricoté n'était ni fait ni à faire ! Une horreur : beaucoup trop court, taillé pour une ado de 14 ans famélique, coutures invisibles impossibles à faire, hors de prix (du coup), bref, la mort de la tricoteuse. J'étais dégoûtée. En me renseignant un peu sur le net à propos de la marque je découvre que deux camps s'affrontent : les pro WAK (qui généralement ont reçu des échantillons gratos et qui font volontier la pub de la marque) et d'autres aussi désagréablement surprises que moi. J'ai compris aussi par la suite (oui parce que débutant friendly, LOL) que leurs modèles n'avaient pas de taille en fait, et que c'était à toi de retravailler leur modèle. De plus, les explications sont vraiment limites pour les débutants, j'ai mis deux jours à déchiffrer certaines explications (moi qui suis habituée à la clarté divine du livre Easy Tricot de la créatrice de Woolkiss). Bref WAK pour moi c'est fini !

Si vous suivez bien me voici donc mon premier ouvrage de tricot raté, un cardigan affreux qui va rester dans mon armoire et qui a réussi à me dégoûter du tricot pendant au moins deux heures. C'était sans compter sur les copines (Coco et Zaza) qui ni une ni deux m'ont reboostée avec une idée toute simple : détricote et fais ton modèle. Bah oui ! C'était d'une évidence folle. So let's go!

DSC_0181DSC_0182

Quelques semaines plus tard ce petit pull tout doux tout chaud est sorti de mes aiguilles. C'est un ouvrage en point côte 1/1 et en point mousse, rien de plus simple qui peut faire vrai pull ou pull qui tombe sur les épaules si j'ai envie ! Jupe, jean, robe je l'ai essayé avec tout et chaque style me convient. Comme le pull moule pas mal ma poitrine j'ai l'impression qu'il me grossit un peu, mais faut dire que la laine est très très épaisse (je dois avoir facile 1.5cm d'épaisseur de pull), puis il fait quand même bien son job et tout le monde s'en fout qu'on ait l'impression que j'ai du bide ou pas donc ça ne me gêne pas plus que ça ! Et pour finir je dois reconnaître que si je dois parler avantageusement de WAK ce sera pour parler de leurs laines : de bonnes qualité, jolies couleurs, toute douce et bien chaude (bien que pas accessibles pour toutes les bourses).

En bref, everything is well that ends well.

De belles réalisations sont à venir. J'attends avec impatience mes catalogues Phildar.

DSC_0183

 

Posté par Artchoum à 12:31 - DIY - Commentaires [2] - Permalien [#]

12 octobre 2015

Exposition Universelle 2015 - Milan

DSC_0056Rolala... Il faut que je vous raconte ce weekend de fou que l'on vient de passer à Milan. J'en reviens pas moi-même, entre deux neurones éteints par mon gros rhume de saison, j'ai assisté à des démonstrations esthétiques et politiques qui dépassent l'entendement.

Vendredi : voyage à quatre dans notre Choupette préférée jusqu'à Milan. C'était mon premier voyage en Italie et nous sommes loin du cadre typique que l'on peut fantasmer en pendant à l'Italie. Milan est une grande ville très semblable à celles que l'on a en France. Moi qui n'en suis pas familière j'ai été très gênée par le monde qu'elle pouvait brasser et l'effevescence perpétuelle qu'elle pouvait générer. C'est une ville immense, très urbaine, très quartier d'affaires et banlieues. Mais je n'étais pas venue pour faire du tourisme alors bon ne faisons pas de chichi ! Je n'ai pas été déçue parce que j'étais prévenue mais il est vrai que le Piémont et la Lombardie sont très loin des représentations idéalisées que j'avais pu m'en faire.

DSC_0066

Samedi : c'était notre premier jour à l'Exposition universelle et franchement les 6 premières heures ont été une catastrophe. Nous avons été - littéralement - choqués par le monde. Je n'avais jamais vu autant de gens de ma vie (et franchement, moi qui ne suis pas foule DU TOUT, je m'en serai bien passée...) si bien que nous sommes restés bêtes devant l'organisation des pavillons et l'affluence d'information qui arrivaient de tous les côtés et de toutes les dimensions (2, 3, 4D etc). On a eu énormément de mal à se mettre dans l'ambiance et à accepter qu'il fallait faire plus d'une heure de queue pour 30min de pavillon.

Les pavillons sont tous plus gigantesques les uns que les autres et selon les officiels il faut compter 1 à 6h de queue pour accéder aux pavillons. Si bien que sur les 145 nous en avons fait 8 (trop foufou). Samedi c'était ambiance guerre froide, nous avons fait : Chine (le faux, celui des industriels), USA et Russie. Et, déjà, nous étions tombés amoureux de la Slovénie seuls à bien vouloir nous restaurer avec des prix abordables, des sourires et beaucoup d'humour qui nous ont bien réconforté !

Le pavillon de la Russie était très bien fait et très impressionnant (bon je suis pas fan de propagande religieuse mais structurellement c'était vraiment pas mal !) et on a appris pas mal de choses sur les ressources alimentaires de la Russie.

DSC_0102

Les USA avec leur magnifique mur végétal et leurs cultures hors sol et hydroponiques toutes mignones ont fait l'apologie des OGM et des AGM en jouant le rôle du grand réconciliateur et normalisateur (rien de nouveau sous le soleil).

DSC_0083

La Chine c'était... comment dire... euh... j'ai pas de phrase alors on va faire une liste de mots : industrie, malbouffe, pandas sous acide. Oui je sais c'était pas très engageant mais faut dire qu'on s'est fait avoir : ce n'était pas le vrai stand de la Chine mais celui d'un regroupement d'industriels qui faisaient leur auto-pub sur l'expo en abordant vaguement le thème de la nourriture (et l'animation des pandas téléteubies à la fin c'était juste perturbant en fait, j'en pleure encore du sang).

DSC_0089DSC_0092

Bon, bilan de la journée : extremêment mitigé ! L'architecture de cette petite ville dans la ville est grandiose, c'est vivant, c'est incroyable, mais il y a beaucoup trop de monde pour pouvoir profiter de l'espace à fond. Une autre chose nous a profondément interloqué : quel rapport entre ce que nous avions vu et le thème de l'expo qui est "Nourrir la Planère, Energie pour la vie" ?? Ma copine et moi qui - de formations - sommes sensibles à la notion de problématique, nous avons vraiment eu du mal à recoller les morceaux entre ce qui était présenté et ce que nous nous attendions à voir. Nous nous attendions à trouver des projets théoriques ou concrets sur le thème "initiatives pour nourrir la planète" et nous avons eu des démonstrations d'auto-promotion politique et culturelle sur le thème "on gère nos ressources comme on veut et on a raison". C'était très surprenant et cette sensation de hors sujet nous a gêné tout le voyage. Mais rassurez vous, le dimanche ça s'arrange !

DSC_0082

Dimanche : nous avions décidé que ce ne serait pas la même ambiance ! Nous sommes arrivés une heure et demie plus tôt, ce qui nous a permis de respirer un peu avant la grande déferlente de public sur le coup de 10h30. Après un débrief arrosé pour noyer notre désarrois de la veille nous avions décidé que nous serions organisés et que ça allait bien se passer. Au programme : Koweit, Equateur, Slovénie, Yémen et Chine - et dans cet ordre là s'il vous plait !!

Et effectivement, nous avons passé une superbe journée ! Au Koweit nous nous sommes défaits de certains préjugés, avons découvert leurs cultures (culturelle et agricole), avons parlé français avec de charmants hôtes et bu du thé et mangé des pâtisseries traditionnelles. Un pavillon tout en petites attentions et en magie ! En Equateur aussi nous avons eu droit à un discours en Français : une présentation des quatre régions, découverte des senteurs du pays et de la faune toute en couleur et en chaleur un régal ! Petite pause déjeuner non loin de nos copains les slovennes que nous sommes allées visiter pas la suite !

DSC_0152

J'accorde un paragraphe spécifique à la Slovénie parce que ça aura été notre vrai coup de coeur du weekend. Bon on va pas se mentir, en premier lieu c'était parce qu'ils avaient de la bière... bon on se refait pas hein, mais c'était aussi pour leur convivialité ! Alors pour les remercier d'avoir ensoleillé notre samedi maussade nous avons voulu partager un peu leur culture. Et nous nous sommes régaler ! Un pavillon somme toute très minimaliste mais qui nous a fait de l'effet, au programme : massage des pieds au sel, bubulles, orchidées, miroirs interactifs, randonnées et biking, maison potager et miels (au pluriel !!) ! C'était tout doux. Si doux que nous en avons fait notre prochaine destination de vacances (à suivre...).

DSC_0158DSC_0162

Le Yémen et la Chine étaient nos derniers pavillons : l'un pour compenser notre incompréhension face à celui de la veille et l'autre pour notre amour des tatouages... Car oui, lecteur, je suis fan de tatouages! Quel ne fut pas mon enthousiasme quand j'ai su que pour une somme dérisoire une gentille dame yéménite pouvait me faire un dessin au henné sur la peau (mon tout premier !!). J'ai adoré. Bon je sens bien qu'il va disparaître plus vite qu'il ne devrait pas ça m'est égale c'est un joli souvenir (plus jolie que les poires violettes à 7€ proposées au stand souvenirs ><). Pour revenir sur la Chine : si le pavillon tenait bien plus la route que celui de la veille, il n'était pas fou non plus et avait une facheuse tendance à se prendre pour une boîte de nuit.

DSC_0171

Bilan du weekend : nous sommes très contents d'être rentrés mais nous sommes aussi très contents d'y être allés. Même si plusieurs fois nous nous sommes dit "Mais que sommes nous donc aller faire dans cette galère ?", c'était une aventure enrichissante et très distrayante ! Nous avons laissé de côté l'aspect éthique et problématique de l'expo : c'est un Disneyland d'auto-promotion politique. Rien de grave, nous avons gardé les débats pour nos soirées entre amis.

Posté par Artchoum à 19:33 - C'est quand le bonheur ? - Commentaires [1] - Permalien [#]

24 septembre 2015

Petites recettes de bonheur pour les temps difficiles

Bonsoir à vous !

Ce soir dans le chaudron de Madblue pas de tambouille (eh oui, contrairement aux apparences je ne fais pas que ça). C'est en "sorcière aux mains vertes" que j'aimerais me présenter devant vous ce soir pour vous faire part de mon émerveillement quant au livre qui suit. Ceux qui me connaissent bien savent que je suis littéraire de formation et souris de bibliothèque de coeur et si ma consommation boulémique d'ouvrages se limitait ces derniers temps à des ouvrages référencés en Sciences de l'Information Communication et autre théories du bien-être au travail, voire à des ouvrages sur la sociologie de l'art, j'avais envie en ce début d'année scolaire de lire aussi autre chose. Avant de vous parler de cette petite pépite dont je dois vous parler il faut que je remercie Victoria (Mango & Salt) pour la magnifique initiative qu'elle a prise en créant son propre club de lecture auquel je participe bien volontier !

blog1Le livre de ce mois-ci était donc :

Petites recettes de bonheur pour les temps difficiles - Suzanne Hayes, Loretta Nyhan.

Résumé : Etat-Unis, années 1940. Glory, enceinte et déjà mère d'un petit garçon, souffle de l'absence de son mari, parti au front, de l'autre côté e l'Atlantique. A des centaines de kilomètres d'elle, Rita, femme et mère de soldat également, n'a pour compagnie que la fiancée de son fils. Une lettre envoyée comme une bouteille à la mer, va les réunir. Entre inconnues, on peut tout se dire. Les angoisses, l'attente des êtres aimés, mais aussi les histoires de voisinage, les secrets plus intimes et les recettes de cuisine. Les petites joie qui font que, dans les temps les plus difficiles, le bonheur trouve son chemin.

Mon avis : C'est, selon moi, un livre très riche, d'une grande qualité et tout en légèreté. J'ai vraiment apprécié de vauguer de lettre en lettre (oui, parce que c'est un roman épistolaire) au gré des aventures aigre-douce de Rita et Glory. J'avoue avoir un faible prononcé pour Rita par rapport à Glory que j'ai eu envie de secouer un sacré paquet de fois mais leur histoire est très attachante, si bien que je me suis perdue dans ce roman comme on se laisse aller dans l'eau chaude d'un bain ! J'ai ri, j'ai pleuré, j'ai pesté, j'ai couiné enfin bref c'était superbe ! La fin est délicieuse... Ce qui n'est pas le cas des recettes ! Enfin, je m'exprime mal. Disons que j'ai beaucoup appris à la fois sur le quotidien du front arrière de la Seconde Guerre Mondiale et sur le mode de vie des années 1940 notamment l'alimentation. Et mes expérimentations culinaires (ratées) m'ont fait prendre conscience de combien nous sommes gâtés tout en me permettant d'accéder à un degrès d'immersion suppémentaire ! Cela dit, je vais faire évoluer la recette pour qu'elle soit moins paindebriquedanstagueuleaurationnement* mais je referai du pain à la bière et je vous en donnerai la recette. Je vous souhaite de tomber par hasard (ou pas) sur ce livre dans les rayons de votre libraire : c'est un concentré de douceur et d'émotions !

Posté par Artchoum à 19:13 - Lectures - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 août 2015

Ah graou !

DSC_0003

Bonjour, vous avez l'air appétissants, vous le savez ça ?

Posté par Artchoum à 10:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]