Le chaudron de Madblue

Je veux que ce blog soit un carnet de vie et ces derniers temps ma vie c'est le home made !

25 août 2016

La journée de cinq heures

montre1

A 23 ans, je suis à une période de ma vie où je vois des choses très concrètes se mettre en place et d'autres qu'il faut que je choisisse de mettre en place, ou non, sans forcément maîtriser les tenant, aboutissant ni même l'expérience du changement. Grande découverte du moment : être adulte c'est avoir le choix ; sauf que faire des choix c'est à double tranchant. Choisir, c'est aussi perdre l'éventualité de faire autrement à l'instant T et devoir en assumer les conséquences. Or, les grands sauts ça n'a jamais été mon truc, j'ai le vertige. Et par vertige j'entends : peur du vide et de l'inconnu mais aussi le fait que je n'aime pas spécialement me faire remarquer, en particulier par les gens que je ne connais pas et dont je ne maîtrise pas l'image qu'ils peuvent avoir de moi. Ainsi, en bonne enfant du 21e siècle et de la société du spectacle, je m'intéresse beaucoup (trop) à l'image que je renvoie et donc à ce que peuvent penser les autres de moi.

Quand je dis trop, je veux dire qu'à force c'est oppressant. Vraiment. Et ça l'est d'autant plus que je ne me reconnais pas dans le système de représentation de cette société du spectacle. Certains évenements récents (nationaux, internationaux et personnels) ont, notamment, remis les pendules à l'heure, ou du moins ont résonné très très fort en moi : l'horloge tourne pour tout le monde, vivre pour les autres c'est s'assurer d'avoir des regrets. Et j'ai décidé de refuser d'avoir des regrets de quelque nature que ce soit.

En gros si vous suivez bien ça veut dire que je maîtrise les codes de notre société puisque j'ai un désir naturel d'intégration, tout en en rejettant naturellement le contenu. Vous la sentez la dissociation cognitive là ? Autant vous dire que coincée entre moi et moi-même, dans cette période de grand chamboulement, tout ça n'a pas rendu mon été des plus faciles d'un point de vue psycho-émotionnel !

montre2

Et pourtant ça aura été salutaire parce que j'ai eu beaucoup de temps pour réfléchir au sens que j'avais envie de donner à ma vie d'adulte et j'ai réussi à faire des choix en accord avec moi-même. Cependant, de la théorie à la pratique quand on est englué dans un certain marasme, un coup de main n'est pas de refus. Et dans le genre idées qui font du bien, je considère mes lectures Madmoizelle.com comme extrêmement précieuses. Plus encore, si vous voulez tout savoir, je suis une assidue de la Pause Culotte, rendez-vous quotidien tellement enrichissant que quand l'équipe a du retard je m'inquiète pour eux. Et dernièrement grâce à un article en particulier, j'ai trouvé un nouvel élan que je souhaite partager avec vous aujourd'hui.

"La semaine de cinq heures" est une astuce que nous présente Anouk (rédactrice chez Mad). Il s'agit de se saisir d'un certain laps de temps (5h si vous suivez bien) et de le dédier au fait d'agir sur sa vie. J'ai adoré le concept, coup de foudre instantané ! Un tip pour organiser son temps selon le fait d'agir concrètement sur sa vie, voilà l'impulsion qu'il me manquait pour retrouver foi en mes convictions et le courage de les mettre en pratique. 

Sauf que cinq heures par semaine ça me semblait trop peu, trop étalé, je n'aurais pas tenu, j'ai besoin de rythme et de discipline. Du coup, j'ai décidé d'essayer de jouer à la "journée des cinq heures" ! C'est-à-dire consacrer cinq heures par jour au fait d'agir concrètement sur ma vie. Et ça a changé un tas de choses. C'est comme si en face des choses que je ne faisais pas habituellement une petite voix malicieuse me soufflait amusée "Cap ou pas cap de changer les choses ?". C'est grisant au possible !

Le matin je plannifie ma journée et je décide ce que je vais faire de mes cinq heures d'activités. Chaque phase est dédiée à une activité en particulier à laquelle je me voue entièrement, pas de distraction (ou alors juste le temps de me préparer un thé). Et comme le conseille Anouk, on ne fuit pas devant les difficultés ! On se prend par la main et on y va !

Parmi les activités que j'ai réussi à faire sans sourciller : aller voir trois agences immobilières seule pour discuter avec les gens, téléphoner à diverses administrations et autres personnes que je ne connais pas (je vois d'ici mes proches qui savent combien j'ai la trouille de téléphoner ouvrir de trèèèès grands yeux), surmonter mes excès de politesse et ma timidité pour refuser ce qui pourrait m'incommoder (alcool, viande et oignons notamment), aller en randonnée seule, reprendre le sport à raison d'une heure par jour, reprendre ma routine ayurvédique (parce que du temps pour soi c'est essentiel). Et tout ça... en l'espace de trois jours. Oui ma bonne dame. J'ai plus agi concrètement en trois jours sur ma vie que ces derniers mois et ça m'enthousiasme !

Alors vous allez me dire : "Oui non mais d'accord, mais là t'es en vacances ! Tu peux le faire 5h par jour ! Mais quand tu vas reprendre le boulot ce sera pas la même !" ; Eh bah si ! Ca t'en bouche un coin, hein ! Parce que figurez vous que j'ai fais le choix de faire un travail que j'adore (la recherche hein, pour ceux du fond qui auraient pas suivis) et qui m'aide non seulement à agir sur ma propre vie mais aussi sur la vie des autres (pif, empathie) donc une journée de travail rentre tout à fait dans le cadre de mes 5h de productivité utile. Je trouve que c'est une façon positive d'envisager la moindre petite action de votre journée, et en plus ça peut se décliner à l'infini !

Avec en guest star : ma super montre Louis Pions Valentine, 39€

Alors, qui est-ce qui joue avec moi ?

Cap ou pas cap d'agir sur votre vie avec bienveillance ?

Rendez-vous sur Hellocoton !Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez Madblue sur Hellocoton
Posté par Artchoum à 16:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire