Le chaudron de Madblue

Carnet de vie

31 juillet 2016

Our Aquapony friendship is magic

poisson3Aujourd'hui les gars, on va parler poiscailles et lifestyle.

La semaine dernière, mon homme m'appelle un après-midi pour me dire "Doudouce, j'ai envie d'avoir des poissons". Moi, pas contrariante et amoureuse de petits êtres vivants en tous genre, j'ai dis banco ! Et le soir même nous voilà avec deux petits Platy, affectueusement appelés Poiscaille et Friture dans notre gros bocal (alimentaire) suédois.

Alors vous allez me dire, pourquoi c'est intéressant ? J'veux dire, la meuf elle a acheté des poissons c'est pas non plus la nouvelle la plus ouf du jour, faut pas abuser ça mérite pas non plus un article de blog avec un titre aussi tapageur quoi, deux photos sur FB ça suffisait non ? Bah non, parce que si j'ai cédé aussi facilement c'est parce que cette histoire de poiscailles ça fait des mois qu'on en parle avec le Doudou, parce qu'on veut se lancer dans la culture aquaponique (tu comprends mieux le titre maintenant, ça y est ? T'as pigé le jeu de mot ?). Et là tout de suite le sujet est beaucoup plus intéressant que Poiscaille et Friture partent en vacances chez les Doudoux.

Qu'est-ce que la culture aquaponique ?

Quelques sites intéressants pour commencer :

  • http://aquaponie-pratique.com/
  • https://blog.defi-ecologique.com/aquaponie-poissons-plantes/
  • http://www.greenis-france.com/

Il s'agit de mettre en circuit poissons et plantes et de cultiver ces plantes, éventuellement des légumes, grâce aux déchets des poissons. Il s'agit de monter un circuit quasi fermé où nous nourrissons les poissons, où les poissons, avec leurs déchets naturelles nourrissent les plantes et où les plantes rendent l'eau filtrée et purifiée aux poissons. Cette culture associée permet, a priori, de faire pousser relativement rapidement des plantes et des légumes. Je dis a priori parce que nous avons lancé le processus hier et la seule pousse que nous avons fièrement dressée est une pousse de poivrons repiquée, mais franchement elle s'en tire bien. Nous avons semé une graine de poivron supplémentaire et deux graines de laitues.

En termes de montage en quoi ça consiste ?

poisson5

1) Avoir des poissons !

2) Un aquarium ou un bassin. Il faut savoir qu'à la base, l'aquaponie est une forme de culture où on utilise traditionnellement des gros poissons comme des truites par exemple, pour avoir un plus grand rendement de légumes et de poissons. Dans la mesure où nous sommes très bien engagés sur la voie du végétarisme et que nous n'avons nullement l'intention de manger nos poissons (ma nouvelle phrase favorite le matin c'est "Bonjour les bébés !", alors vous imaginez...) on va se contenter de petites cultures pour le moment. On a acheté le nôtre d'occasion à un charmant couple de notre ville. Il est extrêmement simple et fait 10L ; on a aussi acheté deux babioles pour le confort des poissons : une plante aquatique et des galets.

3) Une pompe et un tuyau. Le principe c'est de monter le tout en circuit presque fermé. On a accroché le tuyau à la pompe, on a mis la pompe dans l'eau et l'autre bout de la pompe et dans le filtre fait maison ! De ce fait, l'impulsion de la pompe fait remonter l'eau dans le tuyau jusqu'au filtre qui garde les déchets et rend l'eau aux poissons, toute propre !

4) Un filtre fait maison (optionnel). Par optionnel je ne veux pas dire que vous pouvez faire l'économie d'un filtre mais vous pouvez faire l'économie de la partie fait maison. Il s'agit tout bonnement d'un bac filtrant composé de billes d'argiles. Nous avons utilisé une ancienne bouteille que nous -- que Doudou a découpée (au cutter), percée (au fer à souder pour que ce soit plus propre, mais au cutter c'est bien aussi) et remplie de billes d'argile. Les plantes sont semées, repiquées directement dans les billes d'argiles et ont donc tout le temps les racines dans l'eau, mais grace aux billes qui drainent elles ne sont pas noyées. Les billes ont aussi pour fonction de retenir les déchets des poissons et donc de nourrir les plantes ! Petit bonus, l'eau qui coule dans le bocal fait un bruit très apaisant et les bulles créées amusent les poissons, ils sont toujours dessous !

5) Du temps. Eh oui, non pas qu'à l'entretient ce soit très contraignant, en fait ça ne l'est pas plus que de s'occuper d'un aquarium normal (rapport au filtrage c'est même peut-être moins contraignant parce que l'eau reste propre plus longtemps). Mais à partir du moment où les premiers déchets (nous on a utilisés les premières eaux de poissons qui étaient alors dans un bac à part) sont installés dans les plantes, il faut 5 à 8 semaines pour que le cycle se mette en place naturellement. Les professionnels n'intègrent les poissons qu'au bout de 5 à 8 semaines donc ! Chose que nous n'avons pas faite rapport au fait qu'on a quatre poissons pour faire pousser deux salades et pas une armée de truites pour faire pousser un potager entier et monter un élevage de poisson ; l'avenir nous dira si on a fait une bêtise ou pas, cela dit nous sommes relativement confiants. On vous tiendra au courant de l'avancée du projet et de la pousse des petites plantes !

Première réussite immédiate : le filtrage de l'eau

poisson6poisson4

                                                      AVANT                                                     APRES 
                             (le soir-même après installation des poissons)                  (le lendemain matin)     

On est très contents de cette petite aventure, après notre petit potager de balcon, mon initiation et mon amour des produits cosmétiques et d'entrentient faits maisons et notre périgrination vers le végétarisme, c'est une initiative colibris supplémentaire qui nous tient à coeur. L'idéal sera bien sûr, un jour, de pouvoir être auto-suffisants en fruits et légumes, nous en sommes loin mais c'est dans un coin de notre tête !

Posté par Artchoum à 20:42 - C'est quand le bonheur ? - Commentaires [0] - Permalien [#]